Sans verbe et sans A

Un cygne noir, une nuit, seul . Une étendue de givre, une lune voilée, des conifères, du vent. L'espoir six pieds sous terre.Pleurs gelés. Personne, juste son reflet déformé. Derrière un bosquet, une petite fée sombre du nord, un sourire, une discussion:
     -"Solitude". Pirouette
        -"Cygne noir." Révérence
        -Intriguée. Tes congénères?
 
     -Plus loin sur l'hémisphère. Moi,quelques plumes gelées, le bec rempli de désespoir, un poids trop lourd pour leur envolée
       -Triste histoire.

       -Et toi, Solitude, une définition de toi-même?
      - Oui, depuis mon éclosion, un choix, peut-être une exclusion provoquée. Mes soeurs blondes, toutes en légèreté, moi, sombre brûlée sous les lumières.
      -Heureuse ou son opposé?

      -Plus de question pour moi sur ce sujet, une vie, point.Un jour, puis un jour puis un jour, puis un toujours. Point
      -Une rencontre en contrée des mots non interdits ? Un sourire
     -Un glissement sur le sol gelé. Une subtile pirouette.

Le cygne noir et une petite fée sombre du nord, une rencontre inédite, tourbillons et pirouettes, glissements et révérences, de jour en jour, et puis toujours.
    

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Dépôt légal Janvier 2011-Tous droits réservés- 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site