Oulipo, un petit pô

Aujourd'hui c'est lundi, donc le lundi pour ceux qui suivent c'est...pas raviolis, ni canellonis, ni escalopes de veau Boconccini ( gratin dégoulinant de crème et de fromage fondu), le lundi c'est ... poésie.
Ce soir je vais donc aller poétiser d'après des consignes éclairées, consignées sur du papier.
Un peu façon Oulipo. Oulipo, késako? Ouvroir de Littérature Potentielle. Tout un potentiel pour ouvrir les mots, les triturer, en sortir la substantifique moelle, sans jamais se faire mal, sans jamais les faire saigner. Ouvrir les potentialités, ne pas s'arrêter à la première vision, impression, les mots vont plus loin et la contrainte les libère. Je ne suis pas non plus experte, je ne voudrais pas risquer de trahir l'idée, car parfois oui, les mots nous trahissent, peut-être aussi nous haïssent-ils. Qui leur a demandé leur avis ? On les maltraite sur des claviers, des écrans tactiles, ils sont tronqués, amputés, anéantis. Certains n'ont plus droit de citer. Oubliés, obsolètes, désuets, au rebut, surannés, périmés, foutus.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Dépôt légal Janvier 2011-Tous droits réservés- 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×