Vent marin

Le vent marin chargé de sel et d'amertume
De souvenirs troublants, de bouillonnante écume
Souffle en souverain, oiseau de quel augure ?
Retranchant la raison dans des contrées obscures

Il est le vent des fous disent les sains d'esprit
Un air lourd englué dans ses nuages gris
Que peut-on espérer de cet intempéré
Quelques gouttes de pluie, et après ?

Il apporte à la terre cet espoir de la mer
Rêves du grand large, nouvelle atmosphère
Mais ne sait plus très bien où doit finir sa course
Doit-il filer au nord ? Retourner à la source ?

Il s'affronte parfois avec un aquilon
Le ciel n'est plus qu'orage, un vaste tourbillon
Il en ressort vainqueur en imposant le bleu
Demeure cependant le vent que nul ne veut

En secret quand la nuit tombe, il caresse l'espoir
De devenir brise légère, doux alizé d'un soir
Son rôle d'impétueux ne le lui permet pas
Telle est de l'univers la dure loi

Alors le vent marin dans une bouffée de révolte
Emporte les toitures et fait claquer les portes !

 

Dépôt légal Janvier 2011-Tous droits réservés- 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site