Solfège

Clé de sol, joli signe
Sur cinq lignes
Demi boucle, déliés
Vers les aigus comme une fusée
Redescend toute droite
Se termine en un crochet
Dans le sol rester ancrée

Ne soyons pas terre à terre
Ce n’est pas une patère
Il s’agit bien d’une clé
Une clé pour verrouiller
Toutes les notes de la portée
Si un jour, lasses d’être prisonnières
Elles voulaient changer d’atmosphère

Que deviendrait la musique
Une pagaille cacophonique ?
Une indicible chanson
Sans rythme ni orchestration ?
Ou bien sifflement de pinson
Bruissement d’air
Une mélodie libre et légère ?

Si le si hypothétique
Se mettait à minauder
Si le si était un Ré
Où serait l’île de Si ?
Ailleurs, ici ou là ?
Il faudrait un compas
Une boussole

Plus de dièse ni de bémol
Une nouvelle cartographie
Et pour jouer du fado
Plus besoin d’être à Porto
Un matin, partie très tôt, la clé de sol
A pris la clé des chants
Semant des croches aux quatre vents

Lors de l’éclosion, une jolie surprise
Un bouquet de sons
Aux teintes exquises
Mais trêve de divagations
Le bécarre reprend la barre
Et remet au diapason
Le si et ses compagnons

Ajouter un commentaire
 

Dépôt légal Janvier 2011-Tous droits réservés- 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×