L'azerolier

Une branche d’azerolier
Plus loin l’angélus, le clocher
Arbre sauvage de mon enfance
L’église, la place de la Liberté

Petites pommes acidulées
Sur le chemin de la Croix
Un perdreau vient de passer
Les vendangeurs s’en sont allés

Dans le ciel, couleurs automnales
Du raisin à grappiller
Tourbillon de feuilles mordorées
Rouges et ocres sous le souffle glacial

Des grenades éclatées
Marin ou Cers septentrional
Une pluie en fine ondée
Dans le jardin d’à côté

Sur mon visage ébloui
Translucides gouttes de fruit
Les ronces dans les fossés
Quelques mûres desséchées

Il est l’heure de rentrer
Au terme de ma balade
Je me tourne vers la Bade
Et je la prends à témoin

Rien au monde n’est si proche
Rien au monde n’est si loin
Que l’or au fond de nos poches
La richesse de savoir où prend racine

Et la branche d’azerolier
Et le sarment de la vigne

Ajouter un commentaire
 

Dépôt légal Janvier 2011-Tous droits réservés- 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×