Le maître, le cercueil et son chien

Ca sent le sapin
Pensait le maître
Je comprends pas bien
Aboyait le chien
J’avais flairé un bon terrier
Comment va-t-il dégainer
Avec les mains dans les poches
Pourquoi a-t-il passé son arme
A gauche ?

Le chien aboyait
Le cercueil passait
Personne ne lui expliqua
Pourquoi son maître se trouvait là
Il s’en sortirait pas comme ça
Il allait le rattraper
Puis le tirer par les pieds
Il pouvait pas le laisser filer ainsi
En plus y avait tous ses amis

Et voilà que le curé
Lui ferme la porte au nez
Une lourde porte en bois
Laissant seul sur le parvis
Le pauvre chien qui aboie
Il voudrait être une brebis
Bêler avec le troupeau
Militer pour le paradis
Dire des prières tout haut

Pourtant point de jappements
Aux enterrements
Relisez les commandements
Dans les Saintes Ecritures
Point de chien aux sépultures
Des gargouilles aux gouttières
Des grenouilles bénites hier
Mais jamais de canidés
Dans les sacro-saintes allées

Adieu brave bête
Pensait le maître
Ca sent le sapin
Aboyait le chien
J’aurais dû me faire friser
Avancer en rang serré
Faire du seigneur mon berger
Pour pouvoir comme les ouailles
Assister aux funérailles

Ajouter un commentaire
 

Dépôt légal Janvier 2011-Tous droits réservés- 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site