Apparence

Elle serre des mains dans les soirées mondaines
En souriant d’un rien, écoute des balivernes
Petits fours japonais, danses afro-cubaines
Mais à la nuit tombée le regard se fait terne

Il a les meilleures places dans les cafés branchés
La table du patron, le fauteuil en terrasse
Portable dernier cri pour rester connecté
Pourtant une seule cuillère dans une seule tasse

Une démarche nonchalante savamment étudiée
Etre dans la mouvance demande assiduité
Un jean estampillé, des baskets à Virgule
Un détail négligé, on frise le ridicule

Elle décide de sa vie au gré de ses envies
Elle a des tas d’amis, dit-elle
Aimerait bien quand même certain jour à minuit
Faire rimer « je t’aime » avec Joyeux Noël

Il remue son expresso
Lunettes noires pour ne pas passer incognito
Le soleil s’est couché, il est déjà trop tard
Adolescent à 50 ans, n’est-ce pas un peu ringard ?

Elle a vraiment très peur de devenir has been
Séances d’UV et d’aquagym, puis un petit lifting
Pâte à remodeler, les seins beaucoup plus haut
Il n’existe cependant pas de greffe de cerveau

Ils se rencontreront un soir, au coin d’un bar
Il lui racontera sa vie d’artiste
Il a fait du théâtre
Fréquente quelques stars
Mais n’en parle à personne
Il n’avouerait jamais qu’il vend des téléphones

Ils se donneront l’illusion d’être deux
Sans jamais tomber amoureux
Une question d’esthétique
Les larmes creusent des sillons
A l’heure des adieux
Sur les joues délaissées, des traces asymétriques

Ajouter un commentaire
 

Dépôt légal Janvier 2011-Tous droits réservés- 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site