Censure

A vos césures poètes
L'aréopage veille sur vos pages
Sur les quais de gare
Dans les zones aéroportuaires
On ne vous demandera pas vos papiers
Mais de grâce comptez !
Douze pieds pour un alexandrin
Les abeilles butinent, là c'est sûr
Pas de césure
Dans l'air frais du jardin
Où est l'alexandrin ?
Manque cruel de vocabulaire
Et de règles nécessaires
Pour l'élaboration d'une versification

Faire rimer les divers poètes ruches
Avec l'eau glacée de la cruche
Un pétale s'envole dans le ciel
Lieu commun des mortels
Est-ce la marguerite, le chrysanthème qu'on effeuille ?
Cessons là le massacre, c'est la poésie qu'on endeuille
Des odeurs de jasmin, revenons dans le droit chemin
Le "on " est intolérable pour un poème de ce nom

Les abeilles enjouées butinent dans le ciel
Ramènent à la ruche le pollen récolté
Que le poète soit russe, grec ou non initié
De ces fleurs substantielles recueillera le miel

Le talent est absent, c'est une évidence
Prenez des cours de chant ou bien des cours de danse
Laissez à d'autres le soin de promettre
La culture intensive des arts et belles lettres

Ce poème là ne rime à rien
Point de tercet ni de quatrain
Allez donc boire des verres

Et compter sur vos pieds
Vous paraîtra alors bien nécessaire
Si vous voulez rentrer

Ajouter un commentaire
 

Dépôt légal Janvier 2011-Tous droits réservés- 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site