ML

Marie-Laurence fit rouler un caillou du bout de son pied. Une larme ornait son oeil droit. C’était ainsi, elle l’avait constaté depuis sa plus tendre enfance son oeil droit coulait toujours en premier.
Edgard, de son côté, s’interrogeait sur le brusque changement d’humeur de son Emmelle, il repensait au Pont du Gard, aux gouttelettes du bord de mer sur leur visage alors heureux. C’était peut-être cette accumulation de gris, cette couleur lourde comme des parpaings en béton, une overdose de pessimisme. Edgard savait qui il était, il n’était ni niais, ni inconsistant. Cette allitération en ni renforça son sourire, « je suis ni niais » pensait-il, tout en affichant un rictus contradictoire. Il s’en rendit compte presque par hasard et se saisit de la main de ML qui avait déjà détourné la tête...  à demain...

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Dépôt légal Janvier 2011-Tous droits réservés- 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×